Education et Technologies : les cinq enseignements tirés de la thèse

Le 20 janvier dernier, je présentais ma thèse professionnelle « Comment les technologies impactent-elles le rôle de l’enseignant? ». En moins de 30 minutes, j’ai expliqué pourquoi j’avais choisi ce sujet, défini la méthode suivie, partagé les enseignements que j’en ai tirés, et surtout comment je souhaite désormais rebondir avec ce nouveau bagage.

Au travers de ce nouvel article, permettez-moi de vous présenter les 5 grands enseignements que je tire de ce travail. Je mets à disposition sur simple demande le contenu de cette présentation (voir le formulaire ci-dessous).

L’éducation est une priorité nationale.

L’éducation est un secteur prioritaire en France et représente le 1er budget de l’état, soit 6,7% du PIB ou plus de 157 milliards d’euros. Ce choix est compréhensible quand on réfléchit aux enjeux de l’éducation.

Les nouvelles technologies sont tout simplement en train de transformer la société d’aujourd’hui : elles transforment notre manière de communiquer, de nous informer, et notre manière d’apprendre. Les technologies changent aussi les métiers de demain et dans ce sens on comprend l’enjeu politique qu’il implique non seulement au niveau national et international.

Les freins au numérique éducatif sont importants.

La France a été un pays précurseur dans le monde en matière de numérique éducatif en intégrant dès les années 70 les nouvelles technologies à l’école, mais a vite perdu sa vitesse en investissant maladroitement dans des industriels français qui n’avaient à cette époque pas su prendre le virage technologique, comme les américains, Apple ou IBM.

Suite à cette mauvaise décision, de nombreux plans et réformes ont suivi mais ils étaient souvent axés sur les équipements numériques à l’école, mais sans vraiment tenir compte de la formation des enseignants et de l’usage concret en classe.

Les freins culturels sont aussi très présents. Tout d’abord, les français ont un rapport complexe avec la technologie qui ralentisse souvent notre capacité à tester des méthodes, des outils. Ensuite, le système scolaire français, au contraire des systèmes au Canada ou en Finlande par exemple, est centralisé autour des académies et du ministère, qui limite toute agilité et souplesse.

Le système scolaire français est complexe.

En dressant le panorama de l’écosystème du numérique éducatif français, j’ai vite compris la complexité et la volumétrie des acteurs, qu’ils soient publics (issus de l’institution), privés (les sociétés commerciales) ou bien à but non lucratif (associations). Dans cet écosystème, on voit vite la goutte que représente l’enseignant. Sans stratégie, accompagnement ou formation, son rôle n’est pas simple.

La complexité du système s’illustre également par le processus décisionnel. En général, une décision implique 2 personnes en interne. Dans le système scolaire français (enseignement primaire), on a 3 voire 4 acteurs différents impliqués : le ministère, l’académie, la commune et parfois l’enseignant (voir ci-dessous).

Ce modèle devient clairement un enfer pour les prestataires d’autant plus que les enseignants ne sont pas souvent impliqués dans ces prises de décision.

Les enseignants ne sont (n’étaient) pas prêts au virage numérique*.

En analysant l’expérience de l’enseignant dans l’institution (préparation au concours, exercice de son métier, évolution de carrière), on se rend vite compte que le numérique et les technologies sont très peu présentes. Lors de la préparation au concours par exemple, 30 heures sont consacrées au numérique, soit 0,8% du temps de formation total.

A l’école primaire, les achats de matériels dépendent des municipalités, et des inégalités certaines se créent entre établissements d’un même département. L’usage du numérique en classe dépendra donc non seulement des équipements disponibles en classe mais aussi de la capacité et l’envie des enseignants de les intégrer dans leur enseignements.


MISE A JOUR (Post-Covid) : Depuis la soutenance de mes travaux, nous avons été frappés par la pandémie, qui a conduit à la fermeture précipitée des écoles. En moins de 48h, l’institution et surtout le corps enseignants a dû trouver des solutions pour assurer la continuité pédagogique des élèves, tout niveau confondu.

Les technologies sont entrées de force dans le système, mais pas sans mal pour les utilisateurs, qu’ils soient enseignants ou élèves. Un élan de solidarité des acteurs économiques, initié par la EdTech France, a ainsi vu le jour pour faciliter cette continuité pédagogique. Je suis actuellement en train d’analyser la situation post-covid ; avec un article en préparation.


Le secteur est encore au début de sa digitalisation.

Selon HolonIq, seul 2% du secteur était digitalisé dans le monde et les usages sont encore immatures*. Ainsi, le cycle de Gartner montre le développement des technologies dans l’Education (au sens large) : tout se fera les prochaines 10 années.

Hype cycle for Education, 2019 Gartner

Le rôle de l’enseignant va donc radicalement changer. Il convient donc de se préparer sérieusement à cette transformation du métier en France au vu des freins et des difficultés citées ci-dessus. En effet, le développement des technologies soulève néanmoins plusieurs questions. Comment former l’enseignant, pendant la formation initiale mais surtout la formation continue ? Comment s’assurer de la mise à disposition des outils numériques et de leur usage pédagogique ? Comment favoriser le développement aussi bien des compétences fondamentales que les compétences humaines (soft skills) ? Comment passer de l’expérimentation à la généralisation des pratiques ?

Parce que finalement, c’est bien de la stature de l’enseignant dont nous sommes en train de parler. Comment lui donner envie d’innover dans son quotidien et de rester engagé dans sa mission d’enseignement ?

Je suis convaincue que les technologies doivent entrer dans l’école pour non seulement préparer les élèves à leur société de demain mais aussi et surtout aider les enseignants à transmettre les connaissances. Voici les 5 types de recommandations qui ont été développées dans ma thèse :

  1. La transformation du système scolaire français est inévitable et clairement nécessaire. Il faut donc clarifier la stratégie de la France en matière de numérique éducatif et la relayer à tous les niveaux de l’institution et manière coordonnée et homogène.
  2. L’organisation doit être repensée pour être davantage au service des enseignants. Il n’est pas possible qu’un enseignant se sente seul alors que l’Education nationale compte 1,2 millions d’agents.
  3. La formation des enseignants est un des points faibles du système français. Avec les programmes de recrutement plus ouverts il est important que tous soient initiés et formés aux outils numériques et aux usages éducatifs.
  4. Il faut arrêter d’infantiliser les enseignants, et au contraire les responsabiliser. Innover demande un effort supplémentaire qui doit davantage être encouragé pour être déployé par tous. Valorisons les initiatives des enseignants en instaurant un système de récompenses.
  5. Et puis, la France vise l’équité. Alors donnons-nous les moyens d’avoir des équipements adéquats sur l’ensemble des territoires de France, quitte à soutenir financièrement les établissements défavorisés.

A travers la rédaction de ma thèse, je souhaitais réfléchir au rôle de l’enseignant dans le monde VUCA qui caractérise la société d’aujourd’hui, identifier les freins et les challenges dont le système scolaire doit faire face. J’ai rencontré de nombreux pour dresser le panorama de l’écosystème. La discussion avec les enseignants m’a permis de mieux comprendre leur expérience en tant que collaborateur et acteur n°1 de l’enseignement. J’ai

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :